En Midi-Pyrénées

Les délégations départementales
Rejoignez nous !
LIBRAIRIE & DOC
Site national

Qui sommes-nous

L’origine de notre association « Maisons paysannes du Lot » est étroitement associée à la fondation de « Maisons paysannes de France » en 1965 par Roger Fischer et le Dr. Alfred Cayla.  C’est au second surtout que nous nous intéresserons. Alfred Cayla (1891-1983) était médecin hospitalier en région parisienne à Neuilly. Originaire du Lot, il y possédait une demeure familiale et n’avait de cesse d’arpenter toute la région muni de son appareil photo (en réalité un vérascope Richard, appareil à vues stéréoscopiques) afin de témoigner de la vie paysanne en train de disparaître pour faire place à l’industrie agricole actuelle. Les milliers de photos de maisons, de puits, de pigeonniers, de cazelles, de linteaux de portes ou de fenêtres, de granges ou de bergeries qu’il avait prises ont été léguées aux archives départementales du Lot. Elles sont consultables sur www.patrimoine-lot.com dans la rubrique photothèque. Il a donné tous ses négatifs aux archives photographiques devenues Médiathèque de l’architecture et du patrimoine et il avait utilisé bon nombre de ses photos dans les livres qu’il avait écrits, dont on trouvera une liste sur notre site au chapitre Documentation – Livres. Certains de ces livres débordaient le strict cadre du Quercy et s’intéressaient aussi aux maisons de Guyenne, de Gascogne, du Rouergue ou des Cévennes.

Le second personnage lié à notre association est Jean-Pierre Nouveau. Cet ingénieur spécialisé dans la conception de fours sidérurgiques, amoureux passionné de l’architecture rurale, cherchait une maison à restaurer et après de longues recherches, trouva enfin son bonheur avec une ruine perdue sur le causse d’Espagnac-Sainte-Eulalie, abandonnée depuis bien longtemps, qu’il restaura avec tellement de goût que cela lui valut en 1987 le prix René Fontaine de la meilleure restauration, décerné par Maisons paysannes de France. « En recevant ce prix, j’ignorais encore qu’une porte allait s’ouvrir sur une activité qui deviendrait presque un second métier. Il y a beaucoup de similitude en effet, une certaine continuité, entre mon métier d’ingénieur et la restauration des maisons anciennes : l’observation, le sens des proportions, l’importance des  détails, la reconnaissance des bons professionnels, du travail bien fait. » Dès qu’il eut un peu de temps à consacrer à l’association, de simple adhérent, Jean-Pierre Nouveau devint délégué du Lot en 1993, secrétaire général de 1993 à 1995, puis vice-président de Maisons Paysannes de France de 1997 à 2000. Devenu véritable spécialiste des constructions rurales du Quercy, il s’investit sans compter dans leur défense et le conseil à ceux qui les rénovent, parcourant 5000 km par an, visitant élus locaux et adhérents, éditant près de 50 lettres d’information trimestrielles et six dépliants techniques de six pages, imprimés à 5000 exemplaires, organisant plus de 150 circuits de découverte du patrimoine lotois. Il redynamisera ainsi la délégation du Lot, la faisant passer de 35 adhérents à plus  de 380, avant de faire de même avec celle de l’Aveyron puis enfin celle du Tarn.

La troisième personnalité dont nous parlerons dans cette rubrique, est notre actuelle présidente Joëlle Maillard. Pour ne pas déroger à la règle, elle aussi tomba amoureuse d’une ruine en Bouriane et investit tout son temps et une bonne partie de son argent à la restaurer en compagnie de ses enfants et de son mari Raymond, violoncelliste qui nous enchante dans les concerts estivaux qu’il donne avec ses amis à Marcilhac-sur-Célé ou à Gramat. Chaque année, elle organise des sorties dans tout le département et même un peu au delà, pour découvrir la beauté de l’habitat du Quercy, pour admirer mais aussi pour critiquer telle restauration ou telle construction architecturale actuelle.

IMG_6839 IMG_6842
IMG_6841 IMG_6851