En Midi-Pyrénées

Les délégations départementales
Rejoignez nous !
Mon compte
Site national

Galerie de dessins

des5

Les dessins que vous trouverez dans cette section, sont, pour la plupart, dûs à Florence Issaly ou à Aline et Raymond Bayard. Nous signalerons les autres lorsque nous en connaissons l'auteur.

 

 

IMG_20160409_0020

Avec ses deux pigeonniers et sa lucarne centrale,  cette maison présente une symétrie fréquente dans cette partie du causse de Gramat. Les toits celtiques sont à forte pente pour le chaume, pour les lauzes calcaires en tas de charge, puis pour la tuile plate. Les murs sont bordés par des festons de génoise à deux ou trois rangs qui protègent les murs du ruissellement de l'eau. (Corn, vallée  du Célé) IMG_20160409_0006
  IMG_20160409_0007  

Le calcaire ocre de Bouriane contraste avec le calcaire gris du causse de Gramat. Deux pigeonniers jumeaux, élancés et élégants, encadrent le volume de l'habitation au toit à quatre eaux, terminé par des épis de terre cuite. La grange, en revanche, possède un toit méditerranéen couvert de tuiles canal.

 

 

Toiture à quatre eaux couverte de lauzes de schiste. La charpente est très pentue pour reporter une grande partie de la charge de la toiture sur les murs. Les lauzes sont percées et fixées par des chevilles de bois d'acacia sur un platelage de châtaignier ou de peuplier. Le faîtage porte deux épis de terre cuite émaillée. (Lamativie)

 IMG_20160409_0010
IMG_20160409_0009  

 

Dans la région de Bretenoux er de Saint-Céré, ce type de charpente à la Mansart permet d'obtenir un très grand volume de grenier. Le brisis, très incliné, possède un coyau, couvert de tuiles plates ou de lauzes de schiste tandis que le terrasson à faible pente, est souvent couvert de tuiles canal.

 

Les murs de grès jaune ou rouge, de roches éruptives de couleur sombre ou de granite gris du Ségala, sont enduits. Maison à toit méditerranéen en tuiles canal avec large débord. Présence d'une galerie au niveau de l'habitation et d'une galerie supplémentaire au niveau du grenier pour y faire sécher une partie des récoltes.

IMG_20160409_0002
IMG_20160409_0011 Maison de plein pied du causse de Gramat, dont les jambages de portes et les encadrements chanfreinés indiquent le XVIIIème siècle. Une cazelle, ici à toiture conique, à base circulaire (elles sont souvent en forme de cloche à base circulaire ou quadrangulaire) couverte d'une voûte en "tas de charge", est un bon exemple de l'art de la pierre sèche. (Théminettes)
Dans le Limargue, au sol argilocalcaire, une maison XIIIème-XIVème siècle, exceptionnellement conservée. Elle est intéressante pour plusieurs détails : le balcon supporté par des solives dépassant formant corbeaux et les colombages en croix de Saint-André, remplis de mortier de chaux. (Camboulit) IMG_20160409_0012

 

IMG_20160409_0016 Maison du Quercy blanc avec toit méditerranéen en tuiles canal souligné d'une génoise. L'auvent du bolet, en prolongement de la pièce à vivre à l'étage, est supporté par deux piliers monolithes. On y accède par un monumental escalier de pierre. Le pigeonnier est à plusieurs niveaux et son toit à forte pente er à coyaux est couvert de tuiles plates. (Lalbenque)

 

Le Quercy blanc doit son nom à la nature de son sol calcaire crayeux. Maison et pigeonnier à toit méditerranéen couverts de tuiles canal et bolet traditionnel à piliers de pierre. L'importance de l'engrais dit "colombine", se vérifie au nombre imposant de trous d'envol, non seulement sur le pigeonnier mais aussi sur le mur de la maison, au niveau du grenier. (Vaylats) IMG_20160409_0017

 

IMG_20160409_0021 Les maisons de Bouriane ont souvent des lucarnes particulièrement soignées. Le bolet abrité par un auvent en tuiles rondes (tuiles canal) prolonge la toiture de tuiles plates. (Saint- Germain du Bel Air Gourdonnais)

 

Très ancienne maison du Figeacois. Toit celtique avec coyau couvert de lauzes. Une échauguette (symbole de pouvoir) en encorbellement qui paraît insolite sur une maison paysanne modeste, indique une maison forte sur une position stratégique. Maison de "l'Aiguille" (Figeac).

IMG_20160409_0005

 

IMG_20160409_0003 Le causse de Limogne a une architecture locale très variée. Maison et pigeonnier sont couverts de lauzes calcaires. Le pigeonnier central hors-oeuvre prend ici beaucoup d'importance : un débord de pierre ou randière, empêche les rongeurs de pénétrer. (Saint Jean de Laur).

 

Dans la vallée du Lot, maison de vigneron aisé, exceptionnelle par la position de son escalier sous voûte formant bolet qui abrite également l'entrée de la cave. A l'origine, la partie supérieure, au-dessus de la voûte en plein cintre, était un vaste pigeonnier comme en témoignent d'anciennes photographies. (Castelfranc). IMG_20160409_0004

 

IMG_20160409_0001 Deux habitations sur le causse de Gramat ayant chacune son four à pain et son fourniol. Les encadrements de fenêtres du premier étage du pigeonnier, dont l'un est daté 1784, sont taillés à l'aiguille avec des linteaux courbes. Des plaques de rives sous les demi-croupes et les coyaux protègent les murs du ruissellement de l'eau. La souillarde et le cul du four à pain sont couverts de lauzes. Les épis de faîtage sont taillés dans la pierre

 

et voici encore quelques beaux dessins de maisons paysannes quercynoises :

 

IMG_20160409_0019

(Espagnac)

IMG_20160409_0018

(Espagnac, petite maison dans le chemin après la cabine téléphonique)

 

IMG_20160409_0035

(Cardaillac)

IMG_20160409_0034

(Espédaillac, la maison de M. Caudoux)

 

IMG_20160409_0022

(Moulin à Lamothe Fénelon)

IMG_20160409_0014

(L'"Oustal parlaïre" à Figeac)